Le retrait prochain du propofan (di-antalvic) : l’occasion de faire un sevrage !

Publié le 4 Février 2011

Mon article (et mes angoisses !) sur le retrait du propofan (j’en prenais 6 par jour) a déjà un an ! Après mon sevrage en juin 2010, je n’y croyais tellement pas que je repoussais l’écriture de l’article « le sevrage, ça marche ! ». Il y a quelques jours, un pharmacien (Émile) écrivait que la disparition des baleines à bosses était bien plus importante que le retrait du Propofan. Évidemment, vous qui souffrez à avoir envie de vous écraser le cerveau contre le mur, cela vous a quelque peu énervés. Je dirais donc à Émile que je comprends son point de vue car la sauvegarde des animaux est une priorité (je rappelle que je suis prof de biologie !). Mais Émile ignore une chose : lorsqu’on a un marteau-piqueur dans le cerveau, la baleine à bosses, on s’en fout ! Comment réconcilier Émile avec vous, chers migraineux ? En vous apportant mon témoignage : oui, il est possible de vivre sans Propofan (voilà une phrase que je ne pensais jamais pouvoir écrire !). Lorsque ma neurologue (rencontrée lors de ma participation à l’émission « Allo docteur » comme quoi, la vie fait bien les choses) m’a affirmé que « oui, c’est possible, de vivre comme tout le monde sans propofan » j’étais sceptique. C’était il y a huit mois. À l’époque il me fallait 6 propofan et un demi triptan par jour, et malgré cela, j’avais encore pas mal de crises de migraine, mais ça me permettait de travailler. Aujourd’hui, je prends un triptan par mois et zéro propofan. J’ai encore quelques migraines, mais elles sont beaucoup plus courtes et passent facilement avec de l’Apranax (qui, avant le sevrage, était inefficace). Et si j’ai eu le courage de faire ce sevrage c’est à cause (grâce à) l’arrêt prochain du propofan. Du coup, ce que je voyais avant comme la catastrophe du siècle, m’apparaît maintenant comme une chance ! Oui, le sevrage est dur et long (phase difficile de deux mois, à faire obligatoirement en arrêt maladie, ou comme moi, durant les vacances scolaires d'été, youpi!). Mais il faut savoir que les méthodes de sevrage ont évolué, et que plusieurs centres anti-douleurs utilisent le même protocole qui est très efficace (voir mon article précédent pour les adresses). Pendant le sevrage à l’hôpital, vous avez une transfusion d’un antidouleur chaque soir (souvent du laroxyl ) et vous avez droit à un anti-inflammatoire par jour. Vous restez au moins deux semaines à l’hôpital et sortez ensuite avec un traitement testé à l’hôpital. Je ne peux que vous encourager à prendre RV dans ces centres (il risque d’y avoir affluence en septembre, alors faîtes-le avant). Assurez-vous qu’il s’agit bien de ce protocole. Je dis bravo à ceux et celles qui vont se lancer. Je ne me suis pas étendue sur tous les avantages, mais, ayant repris le footing depuis peu, j’ai triplé mon temps (bon, il est vrai qu'avant je ne courais vraiment pas longtemps...)! Sans parler des bienfaits pour le foie (le paracétamol étant très nocif pour lui). Et, bien sûr, n’oubliez pas de nous donner des nouvelles quelque temps après le sevrage. Et pour finir, voici un lien (merci Nathalie) avec petite vidéo sur le sevrage (très courte). vidéo et articles 

Rédigé par Delphine Rey

Publié dans #migraine

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

nadia masson 09/11/2011 05:18


J'ai presque honte de me plaindre en lisant vos expériences de migraineuses.le proposant est le seul médicament arrêtant mes migraines! Je n'enprends pas tous les jour ni 6 par jours,en ce moment
avec une sorte de grippe j avais la migraine depuis 6 jours,en prenant 4dafalgan 1grippe par jours, cette nuit à trois du matin,j ai dit tant pis saint propofan fais qq chose pour moi! Un peu folle
dingue direz-vous?1/2 heure après plus de migraines,ne dors plus mais tant pis!! alors que faire pour trouver le bon médicament arrêtant? Bravo pour ce blog! Courage pour toutes celles qui se
désintoxication


beatrice 12/10/2011 15:21



Bonjour


Aujourd'hui 4 mois apres mon hospitatlisation pour sevrage, les céphalées et migraines sont tjs là moins fréquentes et moins intenses mais qd meme.... le traitement au laroxyl commence a etre
moins efficace et je recommence à prendre plus d'antalgiques (Almo, bi profenid et zaldiar).  Cela veut dire aussi que le propofan n'est pas seul responsable des céphalées quotidiennes.


J'ai rdv chez la gynéco pour voir si je ne peux pas prendre une pilule en continue mais pas cérazette une oestro progestatvie car c'est vraiment en 2ème partie du cycle que les céphalées et
migraines s'installent.


voila ou j'en suis... mais je ne suis pas découragée , je veux pouvoir un jour vivre pleinement ma vie sans cette ombre
qui m'en empèche...



perrine 08/06/2011 11:08



Bonjour,


je sors de chez ma neurologue (chu de Lille) et elle m'a prescrit une hospitalisation de 5jours pour sevrage de médicaments: en effet, depuis presque 1an, j'en suis à environ 15/20 relpax par
mois et autant d'ibuprofènes ou dolipranes.. . La neurologue estime qu'à ce niveau ce sont des migraines à "rebond".... Je suis super stressée quand à cette future hospitalisation. J'ai vu que
vous disiez du bien du service du Professeur Destee... je serai ds son service, mais je ne pense pas être suivie par lui.. J'attends que l'hôpital m'appelle pour y passer "mon séjour"....
apparement, la detox se fera par perf de Laroxyl.... Je ne sais pas à quel degré....


Vous semblez dire que 5jours , ce n'est pas suffisant....:-( la douleur à l'hôpital est réellement inssuportable?


Je suis sous bétabloquant actuellement. J'ai également eu des gouttes de laroxyl pdt 2mois à prendre fin 2010 le soir...mais aucun effet. Avt, j'étais 4mois sous nocertone...aucun effet non
plus....


Je suis complètement paniquée et perdue...



Delphine Rey 10/06/2011 12:25



Bonjour,


Si on vous propose du Laroxyl sous perfusion à l'hôpital c'est bon signe. Les quantités et le fait de le donner en perfusion font que l'action est très différente des gouttes. Durant les cinq
jours d'hospitalisation, ils vont augmenter progressivement les doses car il y a des effets secondaires au début, (je ne vais pas détailler car ça dépend des individus et les médecins savent ce
qu'ils font). Pour la douleur, le premier jour (après 24 h sans triptan ou/et propofan) est terrible. Mais ça vaut vraiment le coup et le laroxyl permet de reprendre des forces car la perfusion
est posée le soir et le laroxyl assomme tellement (heureusement!) qu'on s'endort vite et on se réveille sans migraine. Bien sûr, la migraine revient dans la journée (sinon, se serait trop facile!
:-) et rebelote le soir. Et ceci pendant (toujours dans mon cas) un mois (mais je vous rassure, les migraines baissent en intensité), et pour d'autres personnes, les crises ont disparu plus vite,
mais il faut compter bien 4 semaines pour se sentir bien. Pour ce qui est du temps d'hospitalisation, les cinq jours sont un minimum pour trouver votre dosage en laroryl. Ensuite, le séjour peut
être prolongé (c'est souvent le cas à Paris, je pense que c'est la même chose à Lille). Je suis restée deux semaines à l'hôpital mais, comme je suis passée des perfusions aux comprimés de laroxyl
au bout de six jours, j'aurais aussi bien pu rentrer chez moi plus tôt. Je me rappelle très bien mon angoisse avant l'hospitalisation! la réalité est moins difficile que ce que l'on imagine, ou,
du moins, notre capacité à supporter la douleur est plus forte que ce que l'on croit (après tout, certaines de nos migraines habituelles sont assez costaudes et nous avons survécu!). Par contre,
pouvoir travailler sans propofan et triptan était pour moi totalement inimaginable et c'est pourtant ce que je fais depuis un an ! Je vous souhaite donc beaucoup de courage et de patiente avec
une récompense à la clef ! Tenez-nous au courant. Et que celles qui ont déjà fait le sevrage nous racontent leur expérience et les résultats après quelques temps.  



bea 05/06/2011 12:36



Merci Delphine pour ces précisions.... Le truc c'est que je n'ai pratiquement pas de douleur mais je n'arrive pas bien à vivre avec le Laroxyl (pourtant je ne prends qu'un comprimé à 25 mg le
soir)...j'ai de la tachicardie et une impression désagreable de ne pras bien discerner les choses....par exemple conduire est diffcile.. et je ne sais pas si je vais pouvoir le continuer. Je vais
appeler le neuro pour avoir son avis..... vous en prenez plus et vous pouvez travailler; je ne sais pas comment je vais faire pour bosser la semaine prochaine... voila... en tout cas le propofan
c'est fini c'est une bataille de gagnée... merci encore



Delphine Rey 05/06/2011 13:53



Si vous n'avez pas de douleur, peut-être pouvez-vous l'arrêter (à voir avec votre neurologue) ou sinon prendre un bétabloquant qui contre l'augmentation du rythme cardiaque (moi, je
prends de l'aténolol car effectivement j'ai eu une augmentation du rythme cardiaque avec le laroxyl). C'est à vous de voir la balance avantage/inconvénient. 



beatrice 04/06/2011 11:56



Bonjour


voila je suis sortie il y a quelques jours de l'hotpital Rangueil à Toulouse pour sevrage de tous les antalgiques que je prenais dont le propofan quotidiennement et cela depuis de nombreuses
années. Le sevrage n'a pas été sans mal mais pour l'instant ça va sauf les effets secondaires du LAROXYL.... qui ne sont pas négligeables pour moi.  J'ai passé 8 jours à l'hopital et je suis
sortie sans douleur.... Une autre vie commence !!!! mais je ne suis pas au bout puisque je dois faire attention ...c'est encore tres fragile....... je vous encourage à passer par ce sevrage afin
de vous débarrasser du Propofan surtout !!


Delphine, pouvez vous me dire si les effets indésirables du traitement au Laroxyl s'estompent avec le temps ? j'ai surtout des moments de confusions et l'impression d'etre dans le
brouillard.... pas facile. C'est vrai que je suis sortie que depuis 5 jours de l'hopital....


Merci


Béatrice



Delphine Rey 05/06/2011 10:26



Bonjour Béatrice,


Bravo pour le sevrage ! Ce n'est pas facile mais votre corps vous remerciera... Oui, le laroxyl assomme et avant même la sortie d'hôpital j'avais demandé à les prendre uniquement le soir, moins
d'une heure avant le coucher. Actuellement je prends 1cp de 25 au repas du soir et 50 lorsque je me mets au lit. Je suis partie sur 100 au départ mais ça me séchait trop la bouche (quand on est
prof, on parle bcp et ça pose des problèmes). Bref, les effets secondaires s'estompent un peu mais jamais totalement. Et lorsque je suis sortie de l'hôpital j'ai eu des migraines tous les jours
pendant encore un mois (en prenant un Apranax dans la journée et en attendant le soir (avec un sachet de gel froid sur le front) pour prendre les 75 de laroxyl et m'effondrer dans un sommeil
réparateur (heureusement les matins étaient calmes et la mig revenait vers 14H. Mais avec le recul (ça fait un an cette semaine que j'ai pris mon dernier propofan!) je suis contente car je n'ai
pas dépassé le seuil max des médicaments (à savoir un apranax par jour et un triptan par semaine) mais bon, je n'ai pas non plus diminué le laroxyl...et certaines semaines sont plus difficiles
que d'autres. Normalement, il semblerait que, dans la majorité des cas, le laroxyl soit arrêté au bout de 4 mois. Bref, je vous conseille donc le laroxyl en une seule prise le soir, sinon, vous
risquez d'être dans le brouillard pour pas mal de temps. Courage et tenez-nous au courant. 



louve 11/03/2011 20:14



LILI....pour tes filles je te conseille la mésothérapie car l'avantage est que le médicament ne passe par l'estomac mais directement sur la douleur


ce sont des piqures et bien sur ce n'est pas agréable mais a coté de l'horreur des migraines et des brulures de l'estomac crois moi tu en réclame aprés


moi je suis suivie depuis plus d'un mois par un homéopathe qui fait de la mésothérapie et depuis je ne prend plus rien (xanax, prpofan, stilnox, relpax, cymbalta et tetrazepam...voila la liste de
ce que j'avalais cha jours même tout arretté d'un coup (chose a éviter car certains peuvent faire des crise de manque)...en tout cas moi ma vie a completement changée et ps un seul manque


j'espere pouvoir aider des grandes migraineuses


 



LILI 28/02/2011 13:20



Bonjour,


Mes 2 filles ont des migraines depuis des années. Elles sont suivies dans un hôpital et leur traitement de fond est epitomax. Ma fille aînée prenait du biprofenid en cas de crise ou était
hospitalisée 1 semaine si ça ne passait pas. Résultat : aucun contrôle de l'estomac et elle a 3 ulcères qui ont du mal à guerir, elle a 19 ans. La 2ème, du coup, prend doliprane, dafalgan,
ibuprofène mais pas de triptan. Résultat : début d'ulcère à 15 ans !


Aujourd'hui, j'en ai marre car j'ai vraiment l'impression que rien ne peut les soulager sauf lorsqu'elles sont hospitalisées. Est-ce la solution ? Elles ont beaucoup manqué l'école et évidemment
les profs s'en fichent et les réflexions fusent.


Je voudrais surtout que les médecins fassent + d'examens, de l'estomac par exemple, car ils savent bien les risques de tous ces médicaments. Pour mes filles, on n'en serait pas là. C'est dommage.



Christie Jane 16/02/2011 15:42



Ce matin j'ai posté un texte sur mon blog qui portait le titre : Tribulations d'une migraineuse.


En vérifiant sur le net que ce titre n'existait pas déjà, j'ai eu la surprise de tomber sur votre livre et votre blog ! Alors j'ai changé en : Triturations d'une migraineuse.


De toute façon ce texte est très court et n'a rien à voir avec votre livre, qui, je pense, est excellent et j'en connais aussi un rayon en migraines de toutes sortes !


Je me fais soigner par la bio-résonnance magnétique à filtres qui m'a déjà guérie de toutes les migraines dues à des évènements dans l'enfance. Il ne me reste plus que celles de l'ovulation et
des règles mais je ne peux pas prendre d'hormones car cela me donne des céphalées tout le mois !!!!!!!!


Voilà, excusez du dérangement...


Bonne journée


Christie Jane


 



Beatrice 08/02/2011 10:42



Bonjour Delphine


votre message m'a completement perturbé.... il m'en faut peu en ce moment tellement je suis épuisée... je crois que je vais suivre votre conseil et ne pas faire le sevrage à Gui de chauliac
parceque d'une part je ne suis pas convaincu du resultat et d'autre part je ne veux pas rater ce rdv à Toulouse.


A Gui de chauliac ils ne m'ont meme pas expliqué le protocole qui sera suivi pour le sevrage....je n'ai eu aucune info !! et qd on demande ils répondent vous verrez bien. Vraiment je ne les
supporte plus...alors je vais etre patiente et attendre le rdv avec le pr Geraud, c'est bientôt... le 25 fev.


Je vous tiendrai au courant..


Merci


Béatrice



jocelyne 06/02/2011 17:57



Bonjour à tous,


Quelques mots pour dire que l'on peut se débarrasser du Propofan, j'en ai pris entre 4 et 6 par jour pendant au moins 15 ans, si ce n'est plus, et depuis 6 ans, finit!! J'ai un traitement de fond
avec un béta bloquant ( Alocardyl) et ma foi depuis ce temps quasiment plus de migraines... Le sevrage a été dur, surtout que je l'ai fait sans vraiment savoir à la suite d'une opération... J'ai
encore des maux de tête léger que je passe avec du Bi Profénid, et c'est tout.


Je sais tous les cas sont différents, les migraines, n'ont pas la même origine, pour moi, jamais vraiment su d'où elles venaient.


Voilà, ci ça peut donner une piste pour certains...


Amicalement


Jocelyne



beatrice 06/02/2011 13:47



Bonjour delphine,


Merci pour ce petit memo...sur le retrait du propofan. Je suis contente pour vous, débarrasseé du propofan quel soulagement cela doit etre....


Je suis programmé pour un sevrage à l'hopital Gui de chauliac à Montpellier en février.... j'aurais aimé le faire à Paris mais c'est trop compliquée. Il me propose une hospitalisation sur 5 jours
seulement... je suis deja secptique avant d'y aller alors...


j'ai pris RDV avec le pr Geraud à Toulouse le 25 fev et ça va peut etre tombé pendant mon hospitalisation ce qui est tres embetant. je ne sais plus comment faire.... et surtout mes doutes se
portent sur l'après hopital.


Je pense qu'il faut que je reste tranquille sans contrainte à la maison pendant au moins 1 mois mais comment faire qd on a 2 enfants , un mari et un magasin !!!


Voila...aujourd'hui je prends 4 propofans / jour et une quinzaine de triptan par mois + l'anti dépresseur bien sur.


Enfin vous etes la preuve que le sevrage peut fonctionner à long terme , c'est encourageant donc je vais etre optimiste et y croire pour moi aussi !!!


merci encore,


Bien à vous tous les migraineux et migraineuse qui souffraient au quotidien.


Béatrice


 



Delphine Rey 06/02/2011 19:39



J'ai entendu beaucoup de bien à propos du pr Geraud, et une hospitalisation de cinq jours est insuffisante (d'après ma neurologue qui a des années d'expériences de sevrages...). Je ne connais pas
le protocole de Montpellier, mais si vous n'avez pas confiance (que vous ont-ils proposé comme traitement pendant votre hospitalisation?) autant ne pas rater le RV avec le Pr Geraud qui suit le
même protocole que le docteur Sereni à Paris. tenez-nous au courant. 



catherine guillot 05/02/2011 16:15



Bonjour Delphine, merci pour ce blog que je suis de près....dans mon cas a priori mes migraines ont deux causes, les hormones et les changements de pression atmosphérique puisque lors de voyages
dans dans le golfe persique (où la pression ne change quasiment jamais alors que chez nous elle change constamment) j'avais l'impression d'être débarassée de cette maladie c'était
incroyable....j'imagine donc que le sevrage ne m'aiderait pas beaucoup....j'avoue que je suis complètement découragée et que du coup je ne vois vraiment pas comment me passer de
médicaments....enfin je suis bien contente pour vous, encore merci pour le livre au moins les gens me comprennent mieux c'est déjà ça


Catherine



Isa 05/02/2011 08:58


Merci Delphine pour ces infos... Bon courage à tous ! J'espère qu'ils n'envisagent pas de retirer le Relpax, coupé en 4, le quart me soulage au bout de 2h, il ne faut pas oublier de manger un peu.
Ma prise n'est heureusement pas régulière ! il est loin le temps où je passais mes week-end entre les toilettes et mon lit ! Ouff. Un détail important, je suis sous Cérazette... Bravo à vous en
tous cas ! A bientôt ~_o


Delphine Rey 05/02/2011 15:13



Non, pas de retrait pour le Relpax :-)